Lettre à mon PAPA et à mon PERE

Papa tu m’as tellement manqué, j’ai tant manqué de ton amour, de ta reconnaissance…

Des mots (maux) qui peuvent résonner en chacun d’entre nous à différents niveaux.

1- Ce dont j’avais besoin

2- Ce que tu m’as donné

3- Ce que je n’ai pu recevoir

4- Ce que j’ai reçu

5- Ce que m’a donné la vie comme expériences

6- Ce que j’ai aujourd’hui et ce que cela m’apporte comme changements dans ma vie de femme.


1- Ce dont j’avais besoin :

La toute première chose, me sentir désirée en tant qu’enfant.

Puis sentir que je pouvais être la princesse à son papa.

Sentir les limites que le père donne.

Avoir ta présence.

Recevoir ton enseignement de la vie.

2- Ce que tu m’as donné :

Arrivée dans ce monde en aillant l’empreinte positive d’avoir été désirée par ses parents et dans ce cas par son père et papa me semble essentiel.

J’ai été désirée en tant qu’enfant. Tu as voulu un enfant. Et je suis arrivée. Je t’ai sûrement un peu choisi aussi !!

Tu m’as attendu, et déjà dans le ventre de ma maman j’aurai pu sentir ton attente et ton envie de voir mon joli minois. Tu m’as accueilli, avec amour, fierté, larmes et bonheur (et l’estomac vide à la limite de l’hypoglycémie).

Tout était là pour une arrivée parfaite dans ce monde ou tout au moins dans les meilleures conditions. Et tu as donné tout au long de ta vie bien plus encore.

3- Ce que je n’ai pu recevoir :

Pour autant, j’ai pleuré, crié à te glacer les sangs dès que tu t’approchais de mon berceau. Les années et la raison ont défilé et ont fait que je me suis laissée vaguement approcher.

Une barrière invisible m’empêchait de recevoir tout ce dont j’avais besoin.

Loin d’être un idéal de papa, de père ou d’homme, tu étais pourtant un homme formidable avec ses blessures. Un homme qui faisait du mieux qu’il pouvait avec ce qu’il était.

4- Ce que j’ai reçu :

Rien et tout…

Avant l’âge de 30 ans, j’ai eu l’impression de ne rien avoir reçu, des miettes au mieux.

Tu as donné mais je n’ai pas reçu.

Je me suis sentie mal-aimée, ou plutôt non-aimable.

En perpétuelle dévalorisation, je luttais en montrant un masque de personne fière et assurée, bien dans ses baskets (ou plutôt ses docks à l’époque !).

Ce masque, je l’ai gardé longtemps, pour cacher ma blessure profonde.

5- Ce que m’a donné la vie comme expériences :

On dit que la vie et nos expériences nous forgent et font de nous ce que nous sommes.

Moi j’affirme le contraire. Ce n’est pas la vie qui m’a fait revisité mes blessures.

C’est de ma responsabilité de dire aujourd’hui que je n’ai provoqué que des expériences et des rencontres pour revivre ma souffrance ou tenter de la combler maladroitement. Je me suis sentie rejetée par toi en tant que père car absent de mon quotidien, et en tant que papa car je n’avais pas accès à ton amour. J’ai donc trouvé des solutions, pour revivre mon mal-être ou bien tenter de le solutionner sans pour autant le résoudre. Toujours en sentiment de dévalorisation, je me suis mise à être insignifiante au niveau scolaire.

  • J’ai toujours réussi mais systématiquement à la volée,
  • J’ai vécu les difficultés financières comme par fidélité mais aussi par « non-mérite »,
  • J’ai épousé un homme qui n’en était pas un pour ne pas revivre ton divorce,
  • J’ai fait trois enfants tout comme toi mais avec le même père comme pour te, et me, réparer,
  • J’ai tout fait comme toi ou presque pour chercher ton approbation, ton attention, ta reconnaissance,
  • J’ai fuit ton métier de thérapeute pour ne pas continuer dans la lignée de mes erreurs,
  • J’ai revisité ma blessure en ne rencontrant que des hommes qui ne pouvaient ou ne voulaient me choisir,
  • Je me suis interdit le divorce,

La liste serait longue.

Mais tout cela on s’en fou PAPA !

Car ce qui compte c’est AUJOURD’HUI.

6- Ce que j’ai aujourd’hui et ce que cela m’apporte comme changements dans ma vie de femme :

Ton chemin d’éveil t’a amené des résolutions dans ta vie d’homme, qui par effet « domino », m’ont permis d’ouvrir la porte de mon développement. Je chemine sans but, juste avec un confort de route inestimable. 

Tu as cheminé pour TOI, en tant qu’HOMME et ainsi j’ai pu avoir accès au PERE.

Ton coeur a continué humblement à déverser de l’amour, et …

PAPA ton amour est GRAND

BON

APAISANT

RASSURANT

RECONFORTANT

Aujourd’hui d’avoir pu ré-informer et guérir cette blessure du passé, me permet d’avoir un peu plus de libre arbitre. De pouvoir me créer une nouvelle vie sans obligation de fidélité au clan, de recherche d’une reconnaissance. Et surtout, à mon tour de pouvoir exercer une passion et un métier sans avoir la nécessité de me combler à travers lui. Je n’ai plus de besoins non remplis, je n’ai plus besoin de te chercher dans la nature au travers des hommes, au travers de mon métier, au travers de mes loisirs. Car j’ai un Père, un Papa qui m’a donné tout ce dont j’avais besoin, et qui aujourd’hui m’offre une image d’un homme merveilleux.

Je n’ai plus BESOIN, car je suis remplie de ton amour – et tu me nourris encore chaque jour – mais juste envie d’avoir un homme tel que toi dans ma vie. Et c’est grâce à ton amour que cela est possible aujourd’hui. Pour cela aussi, MERCI.


Bonjour à tous et à toutes,

Je vous livre mon propre témoignage sur ma vie et mes expériences du passé. Ceci afin d’illustrer, mon chemin, mais aussi tout ce que je véhicule dans le cadre de ma relation d’aide aux autres. Ces écrits me sont totalement personnels et ne prêchent pour aucunes techniques ou concepts de développement personnel. Ils sont simplement le reflet de mon parcours.

Car même si l’on peut remonter bien plus loin parfois dans la nécessité de ré-informer nos émotions et ressentis du passé, cela commence déjà par « PAPA, MAMAN » qui sont nos premiers modèles.

Pour situer mon histoire. Voici les faits :

Un homme et une femme qui s’unissent par amour. De cette union vient une fille (moi). Le couple divorce 7 ans plus tard. Les relations sont plutôt bonnes entre les ex-conjoints et en tant que parents, autant que cela est possible. Je suis élevée par ma mère dans une ville loin de mon père. Je continue de le voir un week-end sur deux et une partie des vacances quand cela est possible.

Au-delà de l’histoire, il faut sortir de tout jugement (le juge-ment). Sans cela, j’aurai pu m’enfoncer dans mon mal-être en me disant que d’autres ont vécu des histoires bien plus douloureuses que la mienne.

Il est plus difficile de se replonger et d’accepter sans jugement dans la neutralité, de voir sa souffrance lorsque l’on a eu des parents bienveillants et aimants. Mais si je n’ai pas eu accès à ce dont j’avais besoin au moment où j’en avais besoin, cela crée le manque et tous les ressentis associés.

De même sortir du jugement implique de ne pas investir mes parents de l’entière responsabilité de mon comportement. Quoique l’on ai vécu, aussi violent ou destructeur que ce soit, nous faisons ce que nous pouvons avec ce que nous sommes. Sortir du jugement c’est aussi sortir du sentiment de culpabilité.Je n’ai pas à pardonner ou à être pardonnée. Sinon cela implique une accusation, et donc un jugement. Si j’avais persisté dans cette voie, je n’aurai trouvé aucune liberté d’Etre.

Je me suis offert une vie nouvelle, plus libre d’accueillir et offrir l’amour que j’ai en moi, pour mes enfants, ma famille, mes proches et toutes les personnes qui traversent ma vie.

Pour autant, je suis qui je suis, je fais de mon mieux, bien loin de la perfection (qui est une imbécilité sans nom).

Je t’aime PAPA !

Cet article ramène au rôle du Père, du Papa, du parent que nous sommes, que nous aimerions être ou que nous avons eu.

Je joins un article intéressant à mon sens :

Père et Papa à la fois

http://www.psychologies.com/Couple/Vie-de-couple/Hommes-Femmes/Articles-et-Dossiers/Comment-les-hommes-sont-en-train-de-changer/Pere-et-papa-a-la-fois

Publicités

3 réflexions sur “Lettre à mon PAPA et à mon PERE

  1. Hérard Cécilia dit :

    Parfaitement excellent et pleins de ressentis tellement semblables…
    Nos vies et chemin de vie sont différents…mais tellement identiques dans ce que nous percevons par rapport à nous « petit enfant ».
    Ton histoire, ton chemin de vie est splendide et j’espère y parvenir aussi bien que toi…

    J'aime

    • sandrafougere dit :

      Merci Cécilia pour ce joli commentaire. très bientôt je mettrais à votre disposition un espace type « témoignages » qui vous permettra de donner vos écrits et ressentis après un travail de développement personnel. Ce sera aussi pour vous l’occasion de voir ce qui a été transformé.
      Je te souhaite cécilia un joli chemin de vie mais il est déjà en bonne voie, prend le temps de faire ton bilan positif 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s